Blog

Définitions

 

Enzyme : Les enzymes sont des protéines présentes dans les cellules de tous les êtres vivants. Elles ont pour fonction de faciliter les réactions chimiques qui s'y produisent naturellement. Par exemple, lors de la digestion, ce sont des enzymes qui accélèrent la décomposition et la transformation des aliments.

 

La vasoconstriction : La vasoconstriction est la réduction du calibre des vaisseaux. C’est un phénomène naturel qui, avec la vasodilatation (augmentation du diamètre des vaisseaux), participe à la régulation de la circulation du sang.

 

Atypique :  Qui diffère du type normal, habituel.

 

Adrénergique : Qui agit comme l'adrénaline ou par son intermédiaire.

 

 

 

 

Conclusion du Tpe

   Après avoir répondu à la problématique tout au long des différentes parties et sous parties de ce Tpe, nous en arrivons à la conclusion que l'alcool est plus nocif que ce que l'on croit sur notre corps (cerveau), à long terme, à court terme et crée une mémoire qui débouche à la dépendance, d'où l'apartenance de l'alcool aux drogues.

En effet, tout le monde consomme de l'alcool. Un consommateur est d'abord tolérant, puis il peut devenir dépendant. C'est quand il est dépendant qu' il devient alcoolique. L'alcool est donc à la fois un produit de consommation courante et une drogue. Les actions qu'il entraine et les conséquences de sa consommation varient selon le contexte (grossesse, maladies).

L'alcoolisme est responsable, directement ou indirectement, de plus de 30 000 morts par an, il est la quatrième cause de décès. Le nombre de buveurs excessifs est estimé à 5 millions en France. Ainsi, le problème, est qu'à la différence du tabac, il y a en France une sensibilité moindre par rapport à l' alcool.

Environ 10 millions d'euros sont consacrés à ce problème mais sont nettement insuffisants. Alors que la lutte contre le tabagisme et le cannabis font l'unanimité, la lutte contre la consommation dangereuse d'alcool passe inapercue.

A 17-18 ans, l'alcool est de très loin le produit le plus consommé. La consommation régulière de bières ou d'alcools forts est en hausse; 7,5 % des jeunes filles et 21,2 % des garçons sont des buveurs réguliers.
Malgré une évolution des mœurs et une prise de conscience des dangers de l'alcool, l'alcoolisme reste une maladie. Toute une tradition est liée à la prise d'alcool, et cette prise modérée n'est pas mauvaise en elle-même. Mais il faut aussi savoir se maîtriser.


" Plus d'hommes se sont noyés dans l'alcool que dans la mer "
W.C.Fields


Lire la suite

III) Le corps a-t-il une mémoire face à l’alcool ?

 

A)   Le Mécanisme de la dépendance

 

1. Plaisir et dépendance: un cercle vicieux

La dopamine joue un rôle clé dans le mécanisme de l’addiction. Lorsque l’on consomme des drogues, de l’alcool ou de la simple nourriture, ce neurotransmetteur afflue dans notre cerveau suscitant une impression de satisfaction. Celles-ci stimulent de façon excessive sa production. C’est cette surdose qui crée la dépendance.

2. L’anticipation

Quand on s’apprête à consommer une drogue, des signaux - visuels, olfactifs ou autres - annoncent une récompense, autrement dit la perspective du plaisir lié à son absorption. Le cortex cérébral se trouve ainsi activé.

3. La transmission

 Le cortex cérébral transmet un message à l’aire tegmentale ventrale, une des zones du plaisir dans le cerveau.

4. La libération de dopamine

 L’aire tegmentale ventrale provoque une augmentation de la production de dopamine. Au niveau de la synapse (zone de contact entre deux neurones).

5. La mémorisation

 La production accrue de dopamine se concentre surtout dans trois zones: le cortex préfrontal qui focalise notre attention, le noyau accumbens qui augmente notre plaisir, l’amygdale qui favorise la mémorisation des émotions.

 

 B)   Tolérance

 

1. Différences entre les genres :

Généralement, les femmes supportent moins bien l’alcool que les hommes. Autrement dit, pour une même quantité d’alcool, l’alcool est plus nocif pour elles que pour eux. On explique cette différence par la quantité moindre d’enzymes  chez les femmes que chez les hommes.

 

2. Différences liées à l’âge :

Les effets et les risque de l’alcool liés à sa consommation dépendent aussi de l’âge, les jeunes supportent moins bien l’alcool que les adultes. En règle générale, les adolescents ont un poids inférieur à celui des adultes, ce qui fait que l’alcool se répartit plus rapidement dans le sang, de plus la quantité d’enzyme diffère chez les adultes et les adolescents accentuant la différence de résistance entre les âges.

 

3. Différences entre les individus :

La capacité d’élimination de l’alcool par les enzymes varie d’une population et d’un individu à l’autre, ces différences étant déterminées génétiquement. De nombreux Asiatiques possèdent un système atypique, que l’on retrouve également chez certains individus dans d’autres populations. Cela explique pourquoi l’organisme des personnes possédant ce système atypique réagit très violemment à la consommation d’alcool.

 

Lire la suite

II) Quels sont les effets de l’alcool sur le système nerveux ?

 

a)   A court terme

 

Les conséquences de l’alcool sur le cerveau humain sont diverses et variées. A court terme, l’alcool a une influence sur la capacité réactive de la personne (rallongée de 30 à 50% comparée à une personne sobre), sur sa perception, sa vigilance, ses émotions et son comportement vis-à-vis des autres personnes. Les fonctions essentielles à la survie d’un homme sont aussi affectées, notamment la respiration ou la température du corps.

En effet, même si la peau se réchauffe, le corps perd de sa chaleur. Cette sensation que procure l’alcool est due à la dilatation des vaisseaux sous la peau : le sang se rapproche de celle-ci, ce qui dépose sur nos joues une rougeur.  Les terminaisons nerveuses situées en surface interprètent cette augmentation de température, c'est pour cela que l'on a l'impression de se réchauffer. En réalité, la température du corps s'abaisse d'un demi degré tout les 50 g d'alcool absorbé. La sensation de chaleur peut donc camoufler un abaissement de température et engendrer des problèmes graves par temps froid. 

D'autre part, la respiration est affecté, les besoins en dioxygène sont accrus. Une réaction adrénergique due à la déshydratation fait accélérer le coeur et provoque une vasoconstriction des vaisseaux. Le coeur bat plus vite pour maintenir un flot constant pour alimenter les organes et les muscles, le volume sanguin est réduit et les vaisseaux dilatés ont un débit plus important… 

Lorsque l’alcool arrive au cerveau par les voies sanguines, il agit sur les métabolismes de transmissions nerveuses. De ce fait, le champ visuel se réduit, le goût du risque est accrût, la coordination physique est affectée et l’aptitude à penser et à prendre des décisions est diminuée.

Lorsque l’on ingurgite de l’alcool, on peut ressentir dans un premier temps, une sensation de bien être. Cependant, cette sensation s’inverse dans le cas d’une prise d‘alcool plus importante, et peut entraîner, dans un cas extrème, un coma éthilyque. Cette intoxication alcoolique survient après un niveau de 2 à 4 grammes d'alcool par litre de sang suivant les personnes. Les jeunes sont plus particulièrement touchés par ce coma,  à cause des jeux et des mélanges d'alcool, assez fréquents.

 

b)  A long terme

 

A long terme, l’alcool peut entrainer de graves conséquences sur le corps et le cerveau humain. La personne peut subir des pertes de mémoire et se coupe de la société. S’en suivent également des maladies du type cancer (bouche, gorge, œsophage, intestin). Au fur et à mesure, le cerveau risque de subir une réduction de la concentration, de l’ouïe et de la vue. L’alcool provoque une atteinte intellectuelle précoce, ainsi, il perturbe la mémoire et le sommeil. L'alcool détruit également un certains nombres de cellules cérébrales (neurones). Ces facultés sont endommagées de façon permanente,  c’est la synapse. Le corps et l’esprit de la personne acquerra une certaine violence avec son entourage et mettra en place une dépendance psychologique, c'est-à-dire le besoin de boire d’avantage d’alcool, une sorte de non confrontation à la réalité, soit disant pour fuir le monde réel.

 

c)  La synapse

 

Pour passer d'un neurone à un autre, les messages chimiques  prennent la forme d'une substance sécrétée par le neurone, le neuromédiateur. Il existe différents neuromédiateurs (dopamine, sérotonine, acétylcholine...) qui se lient à ces récepteurs spécifiques. Le neuromédiateur traverse l'espace situé entre deux neurones, la synapse. C'est sur cet espace qu'agissent les substances psycho actives (alcool et autres).

Ce phénomène est aussi appelé la transmission synaptique.

En effet une substance psycho active dont la structure moléculaire ressemble à celle d'une substance produite naturellement par l'organisme peut se fixer à la place de celle-ci sur ses récepteurs spécifiques. Prenons comme exemple une jeune fille prétendant avoir chaud, alors que la température est d’environ 5°C. La molécule d'alcool (l'alcool éthylique, ou éthanol de formule C2H5OH) s'est mise à la place d'une molécule devant informer la jeune fille qu'elle a froid. Le message ne passe plus, la connexion nerveuse est endommagée.

 

 P.S : Chez la drosophile, les effets de l'alcool sont observés comme chez les humains.

 

I) Quel est le circuit de l’alcool dans le corps ?

 

             Quand une personne consomme de l’alcool, le premier contact est la langue (où se situent les muqueuses buccales, menant directement aux régions cervicales) puis il descend dans l'estomac, mais n'a pas besoin d'être digéré. Il passe donc directement de l'estomac dans l'intestin, puis dans le sang. De là, il est distribué dans toutes les régions du corps. Le foie nous permet d'éliminer l'alcool, en le transformant en eau et en gaz carbonique (CO2). Le foie met environ une heure à éliminer le contenu d'un verre d'alcool.

Une personne s'enivre lorsque qu'elle boit davantage d'alcool que son foie ne peut en éliminer dans le même laps de temps. Lorsque l’organisme est surchargé d'alcool et que le foie estime que la masse d'alcool présente dans le corps est trop élevée par rapport à ses capacités de traitement, alors le corps évacue cet excès d'alcool par le vomissement.

Plus la quantité d’alcool ingérée en un coup est importante, plus le taux d’alcool dans le sang s’élèvera rapidement. A l’inverse, ce taux d’alcoolémie augmentera plus lentement si l’on a mangé auparavant.

 

 

 

                                                                                                                                      

 

 

 

Plan

 Plan :

 

I)   Quel est le circuit de l’alcool dans le corps ?

II)  Quels sont les effets de l’alcool sur le système nerveux ?

       a)   A court terme 

       b)   A long terme 

       c)   La synapse

III)  Le corps a-t-il une mémoire face à l’alcool ?

       a)   Dépendance

       b)   Tolérance

 IV)  Conclusion

 

Annexe : vidéo préventive

Introduction du TPE

      Beaucoup de gens aiment prendre un verre, au repas, à l'occasion d'une sortie entre amis, ou simplement pour se détendre. De plus la consomation d'alcool chez les jeunes est de plus en plus fréquente et considéré comme "normale". Bien entendu,  il vaut mieux prévenir que guérir, il est donc préférable de savoir comment son corps réagit à l'alcool.

      L’alcool cause de nombreux dégâts, plus au moins importants, sur le corps et surtout sur le cerveau humain. Plus la personne est jeune, plus les conséquences sur sa santé seront fortes et durables. Ces conséquences sont variées et se développent à long terme. Nous allons cibler un des organes vitaux du corps qui est le cerveau pour voir comment cette drogue agit sur celui-ci. Dans quelles mesures l'alcool altère-t-il les fonctions cérébrales ?

C'est à partir de cette problématique que nous avons bâti notre TPE qui tentera d'y répondre le plus précisément possible. Dans ce but nous commencerons par étudier le circuit de l'alcool dans le corps puis les effets qu'il provoque sur le cerveau, et enfin la mémoire du corps face à l'alcool.

 

 

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site